Un cadre qui permet de vivre


Le ventre maternel, l'emmaillotage en début de vie, les règles que nos parents nous donnent, la lecture qu'ils ont du monde, l’école et son règlement, puis la morale et les textes de loi, le contrat qui régit notre emploi ou encore celui qui lie deux êtres... 

Autant de cadres qui permettent l'émergence et l’épanouissement du vivant.
 

Nos actions ne sauraient exister si elles ne prenaient naissance dans un périmètre initial, fondateur, délimité par des frontières, bordé par une clôture...

C'est au creux de cette clôture, en acceptant les limites inhérentes à la vie que ces mêmes limites deviennent initiatrices d'un chemin.

Plus tard, en explorant le périmètre, en apprivoisant la frontière et en la revisitant, nous donnerons naissance aux mots racines de nos vies. C'est à partir de cet endroit là que nous pourrons parler de notre vraie voix, nous sentir autorisés à être et à faire. C’est en connaissant ce périmètre que nous pouvons le dépasser.

Mais dans un premier temps, notre travail consiste à prendre ce qui est défini initialement, ce qui est donné et à faire avec. C'est le contrat du vivant. L'apprentissage d'entre les apprentissages...

Faire avec.

C'est précisément à cet endroit là que la pulsion de vie et la pulsion de mort s'expriment, luttent, négocient...

Et, si notre narcissisme n'est pas démesuré et que la brindille de lumière qui porte la vie trouve son chemin dans les dédales de notre être, alors une véritable liberté peut naître et ouvrir notre vie à tous les possibles.




Partager : Linkedin  Linkedin 

Wikio
Tags Tags :  Faire avec   Limite   Frontiere   Cadre   Perimetre 

Commentaire(s) :

1. Par Luc le 18/02/2014
Cher Wadih,
Cela me parle, et cette notion,dont j'ai souvenir en avoir découvert l'importance avec toi, me rend souvent le service d'apprécier cette liberté grâce au cadre nécessaire à son épanouissement.
Je pensais cage ce qui était cadre et je confondais liberté et toute puissance. Quelle belle découverte qui depuis s'est ancrée en rendant subtilement délectable les moments de liberté pouvant s'épanouir dans la "clôture" que tu évoques si justement.
Donc, "pas de liberté sans cadre", voilà la simple leçon que je garde précieusement comme une ressource de bien-être.
Bien à toi cher "poto", en profitant de ce petit coucou amical pour t'envoyer mes pensées chaleureuses.
Luc
2. Par Wadih le 19/02/2014
Plaisir partagé "poto" ;-)
C'était bon d'être sur ce même chemin de travail et d'éclosion pendant ces deux années ...

Réagir, ajouter un commentaire :

Après validation ... laissez nous un peu de temps pour afficher votre commentaire.

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte, les adresses internet seront converties automatiquement.
Vous etes responsable du contenu que vous publiez.