Le discours et l'action

 discours-action-Identite-Creatrice
À un moment, on aimerait arriver à une "clôture des significations"... Avoir une idée définitive sur une personne ou une situation, trancher pour toujours.

Il est quelquefois insupportable de rester dans l'errance avec une idée inaboutie, alors notre "discours" se met en place ...

Nous nous disons à nous-mêmes et nous affirmons à qui veut bien l'entendre "je pense ça...", "j'en suis là...", "il est comme ça…", alors que quelque chose en nous est loin d'être a ce point-là affirmatif, qu'une partie - partielle - de l'histoire a été prise en compte, qu'un angle de vue a été adopté pour pouvoir enfin trancher...

Et, comme l'on pouvait s'y attendre, quand la situation se représente ou quand nous nous retrouvons confrontés à nouveau à la personne, entre notre discours et ce que nous faisons, il peut y avoir un fossé.
 

Ce "discours" ponctuel, sur une situation, une personne, nous l'avons aussi pour les grandes "lois" de notre vie, nos "principes" érigés comme piliers de notre existence.

Nous nous disons et nous disons aux autres "il est essentiel de respecter les autres" ou "c'est crucial de ne pas juger, chacun a ses raisons pour agir comme il le fait" ou "ma liberté comme la liberté de l'autre est un principe absolu" ou encore "je ne crois plus en l'autre...". Ça, c'est le discours.

Dans les faits, en lieu et place de nos paroles et pensées qui appellent le respect, nos actes peuvent exprimer de la violence.

Quand nous affirmons "prendre l'autre pour une personne à part entière", nous pouvons vite nous retrouver, en acte, dans l’objetisation.

Au-delà du principe de "non-jugement" érigé en principe, nous sommes quelquefois pris en flagrant délit d’un jugement à l'emporte-pièce.

Et cette fameuse idée de "liberté" que l'on s'accorde ou que l'on voudrait accorder à l'autre, cette belle idée se retrouve parfois maltraitée, voire transformée en possession à outrance de l’autre ou en asservissement de soi.

Et quelquefois, quand nos mots disent une résignation profonde quant à la relation à l’autre, nos actes, eux, se verront exprimer... une soif inextinguible de l'autre.

Nos discours nous rassurent, ils "ferment" une boucle de notre pensée, ils nous donnent l'impression qu'au moins quelque chose a été tranché, que l'histoire a été "emballée"... Jusqu'au moment où tout s'emballe, où nos actions nous révèlent des bribes de notre être profond, qui nous reste en grande partie méconnu, où nos motivations profondes se tricotent, où nos blessures nous font agir.

Au fil de nos actions, l’être que nous sommes émerge et quelquefois nous submerge. Il traduit en actes l’essentiel de ce que nous sommes, notre vérité intime, celle que nous nous refusons à entendre ...

... Précieuse expression du vivant qui ne se laisse jamais enfermer dans une signification qui se veut définitive.





 
Partager : Linkedin  Linkedin 

Wikio
Tags Tags :  Discours   Action   Lois   Principes   Errance   Représentations 

Réagir, ajouter un commentaire :

Après validation ... laissez nous un peu de temps pour afficher votre commentaire.

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte, les adresses internet seront converties automatiquement.
Vous etes responsable du contenu que vous publiez.