L'autre

 L-autreChez soi, rester chez soi, rentrer en soi et hurler son dépit pour répondre à un autre, une autre histoire, un autre scénario, ailleurs, autre part …

Quand la peur gagne sur la vie, que la confusion dépasse l’entendement, que l’envie profonde est de s’extraire … Tenter le lien, à nouveau, encore et toujours.

L’autre existe, il est là. Aller vérifier ça … Juste faire un pas et s’en approcher.

Tout humain est cet autre puisqu’il réactive cette chose tellement précieuse qu’elle n’existe qu’en présence d’autres humains, le lien qui fait vibrer la vie.

Et quelquefois, pour accompagner cette marche encore hésitante, une personne peut se tenir là, avec nous.

On l’appellera comme il nous plaira, coach, superviseur, thérapeute … Mais ce que l’on sait de cette personne, c’est qu’elle se tient là et qu’elle ne lâche pas, même dans son silence, témoin et initiatrice du chemin qui se construit au gré des vents et des tempêtes …

Merci à cette autre, merci à la vie.

 
Partager : Linkedin  Linkedin 

Wikio
Tags Tags :  Autre   Lien   Réel   Vie 

Commentaire(s) :

1. Par Iris le 04/03/2012
Croire en l'autre, croire en soi...ensemble faire quelques pas et chemin faisant bannir toute peur en y faisant face.Reparer quelques morceaux brises et tenter a nouveau ce precieux lien contre vents et marees... Enorme merci pour ton puissant temoignage.
2. Par Wadih le 04/03/2012
Oui, une forme de témoignage… Cette question de la peur je peux en parler aujourd’hui parce que le spectre qu’elle véhicule ne m’est pas étranger et si les mots viennent maintenant c’est que quelque chose de cette nature là s’en est allé, que je m’en sens à bonne distance …

Nous sommes tous confrontés à cette peur viscérale quand l’autre met le doigt sur ce qui nous touche profondément et chacun répondra à cette peur à sa manière … en se coupant de lui-même, en croisant le fer … On peut choisir d’autres voies : la regarder en face, l’apprivoiser et en faire quelque chose, en restant en lien avec soi, en restant en lien avec l’autre.

J’avais surtout envie d’écrire ces mots à l’intention de la femme qui m’accompagne en ce moment et qui m’aide comme nulle autre personne à trouver en moi des ancrages et une légèreté incroyable. Elle me donne ainsi l’occasion de me reconnecter à une « source » inépuisable …
3. Par Françoise le 04/03/2012
J'ai envie de comparer celui qui accompagne à l'archet du violon.
Nous pourrions être les cordes... mais, l'un sans l'autre, quelle musique ?
Ta note résonne en moi dans les deux sens :
accompagnée/accompagnante.
4. Par Wadih le 04/03/2012
J'aime beaucoup cette image. Tes mots ravivent en moi ces moments de coaching où quelque chose de précieux s'echange, ou quelque chose d'essentiel est déposé ... Pour les deux personnes en présence.
5. Par Iris le 05/03/2012
Oui, je ressens et comprends ta gratitude envers la femme qui t accompagne. Quand la confiance s installe et les mots se liberent, ecoutes et entendus par une personne bienveillante, ca nous decharge et nous procure une legerete inegalable...
Merci de partager...
6. Par Wadih le 05/03/2012
Il y a certainement quelque chose que l'on "dépose" en allant vers l'autre ... Sans jamais le perdre en route. Tout ce qui est survenu, notre histoire et même nos "ratures" font partie de nous. Les mettre "de côté" les "fétichise"... Elles sont souvent encore plus prégnantes quand nous tentons de nous en séparer...

Dans cette rencontre avec un autre humain, j'entendais venir avec ce que l'on est, sans occulter ce qui nous fait humains, c'est à dire nos failles ...

Il peut donc y avoir ce qui se depose et aussi ce qui se construit au contact de l'autre.
7. Par Wadih le 05/03/2012
Merci "Iris" pour ce que je viens de recevoir ... Tu sais, je crois qu'on écrit avant tout pour soi et on ne fait que parler de soi ...Si quelque chose t'a touché dans "echo du vivant", sache que ce billet me concernait personnellement et s'il est rédigé à la troisième personne c'est tout à la fois certainement une question de style et ... une forme de pudeur. Mon prochain billet prendra racine dans les mots que tu as employés.
8. Par Iris le 05/03/2012
Une demarche baignee de lumiere ou pas à pas on apprend a se reconstruire avec l'autre et parfois seul.

Et puis retourner encore et toujours vers cette "source"inepuisable ,differente pour chacun, qui nous renforce et nous fait grandir. Je crois en tes mots et j'en suis touchee.

Nous pourrions en discuter pendant des heures...Des pensees, des idees , des temoignages qui ouvrent a une voie sans fin :-)

Réagir, ajouter un commentaire :

Après validation ... laissez nous un peu de temps pour afficher votre commentaire.

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte, les adresses internet seront converties automatiquement.
Vous etes responsable du contenu que vous publiez.