Ce qui se répète

Identité Créatrice -  La demande de coaching est toujours une demande de changement.
Christelle est tendue. Cette énorme bâtisse qui lui sert d’entreprise, en proche région parisienne, l’impressionne énormément.


Elle est chef de projet marketing dans cette structure qui mène, à elle seule, le marché de la haute technologie dans son domaine d’expertise.


Elle a tout pris en main. Ça, elle sait faire. Le coaching, c’est elle qui l’a demandé. Elle a complété le dossier utile pour les équipes RH, s’est rapprochée du coach qu’elle a choisi et a formulé sa demande.


Exigeante, active, rigoureuse, professionnelle. Elle veut que rien ne dépasse. Il comprendra plus tard en l’écoutant que ses collègues sont impressionnés par cette puissance qui s’exhale d’elle et par sa forte capacité à trancher. C’est l’un de ses visages. Celui qu’elle laisse voir, en priorité.

Mais alors, un coaching, pour quoi faire … ?

Il laisse du temps et l’accueille en silence. Elle se dévoile.

Derrière ce « caractère trempé », là, aujourd’hui, il sent qu’elle est à fleur de peau. La tension de son visage est perceptible. Tout en elle donne l’impression qu’elle a envie de rentrer en elle-même, de disparaître aux regards. Il la sent faible. Son teint est pâle.

Elle lui explique son métier, sa façon de manager des projets de grande envergure. Elle frôle la perfection dans tout ce qu’elle fait.

Au fur et à mesure de ses explications, en s’habillant de son rôle pour mieux le faire vivre à son coach, un léger teint rose vient habiter son visage et son buste, par moments, par endroits.

Mais elle n’est pas venue pour ça, expliquer sa façon de manager les projets. Elle sait sa compétence en la matière.

Elle a envie d’évoquer la relation qu’elle entretient avec une femme qui compte pour elle, son manager. Les relations qu’elle a très souvent entretenues avec la plupart de ses managers sont équivoques, dit-elle.

Ses lèvres prennent une couleur légèrement bleutée.

Il lui suggère de développer sa relation actuelle, d’y mettre ses mots à elle.

Les mots, comme longtemps retenus, s’emballent. Le flux des paroles se tend, en même temps que son visage.

Ce qu’elle ne se permet nulle part ailleurs, elle veut se le permettre avec son manager.

Elle qualifie la relation d’ « étrange », comme dans un entre-deux personnel/professionnel. Elle lui parle de ce rapport qui se noue, souvent, avec son manager, de sa facilité, dans cet espace là, à livrer de l’ "intime". Et effectivement, elle s’est livrée, complètement.

Elle lui a aussi expliqué sa difficulté à vivre les relations antérieures de management. Elle évoque ses expériences passées. Elle croit la relation de confiance établie, en tout cas, elle veut y croire.

L’événement qui l’a fait entreprendre un coaching prend sa source ici. Deux semaines plus tôt, lors du bilan d’activité, son manager a repris ce qui était de l’ordre de l’intime… dans le champ du professionnel. Elles ont toutes deux mélangé les registres.

Elle se sent déçue, elle se sent trahie.

Il se demande à quel moment il va la décevoir à son tour. Il s’y attend. Son expérience lui permet de prendre du recul et de visiter les options possibles. Il sait qu’elle va tenter de rejouer, en séance, le scénario qu’elle a déjà joué avec ses managers.

« Je donne et l’autre bafoue ce cadeau précieux que je lui tends ». Comme pour se prouver que ça ne peut pas se passer autrement, se prouver que la théorie qu’elle pose sur son monde est vraie. Une théorie qui parle de confiance et de trahison et qui induit un enchainement logique entre les deux …

La demande de coaching est toujours une demande de changement. Et pourtant, les réactions, les postures, la volonté de chacun, de chacun de nous, sont orientées pour que rien ne change. Nous ne choisissons pas délibérément ce qui nous bouscule outre mesure.

Il a envie de lui demander de réfléchir et d’écrire, pour lui, toutes les raisons possibles pour que lui-même la déçoive, comme pour rendre caduques toutes les causes possibles de l’arrêt du coaching et lui permettre d’entreprendre son travail sereinement mais il ne fait rien. Il la laisse parler.

L’histoire qu’elle raconte vibre comme une demande de réparation. Elle se reprend. Son extrême sensibilité, elle réussit encore à la canaliser à travers un mental solide. Rien ne passera.

Pourquoi ? lui demande-t-il. Que se passerait-il si « ça » déborde ?

Dans chacun des pas que l’on joue en entreprise, se joue le rapport à notre compétence, mais pas seulement. Se joue aussi notre rapport à nous-mêmes, humains en quête de sens.

A quoi lâcher prise ? Que retient-on ? C’est ce curseur qu’elle a envie d’apprivoiser.

Elle sait que cette assurance qui est la sienne peut « muter », lors d’une « tempête émotionnelle », et venir se perdre sur un récif périlleux. Il lui est arrivé de perdre totalement l’estime qu’elle avait d’elle-même. Il lui est arrivé aussi de perdre ses moyens.

Passer une certification ? Présenter les derniers résultats ? Cela peut tourner au cauchemar.

Comme une « figure » qu’elle n’a jamais eue à disposition, elle investit le coach qu’elle s’est choisi, elle l’utilise. Il accepte le scénario, lui propose des retours qui lui permettent de reconnaître aussi sa lumière, sans faire l’impasse sur ce qui semble plus obscur. Il la rassure, prend soin d’elle, l’accepte, inconditionnellement.

C’est comme une porte qui s’ouvre, une porte dérobée, une porte interdite jusqu’alors. Il conserve sa posture, quelque soit ce qu’il perçoit, la véhémence dont il est témoin, la joie aussi, quelquefois.

Cet accompagnement se sera entièrement déroulé dans l’accueil et dans une posture basse. Ça parle aussi du « contrat » qui s’est posé, de lui-même, lors de la première séance.

Aujourd’hui elle accepte d’être au contact de ses émotions, elle leur permet d’émerger et y puise la source de sa nouvelle posture. Elle sait que ces émotions ne la submergeront pas et qu’au contraire elles la rendent plus « entière ».

Elle a travaillé aussi à remettre les choses à leur place et à mieux « vivre » l’entreprise.

Au-delà de l’objectif qu’ils se sont fixé et qui a été atteint, elle lui confiera que ces changements ont aussi impacté sa vie, sa vie de femme.

Partager : Linkedin  Linkedin 

Wikio
Tags Tags :  Répète   Coach   RH   Tension   Perfection   Inconditionnellement   Contrat   Changement   Confiance 

Réagir, ajouter un commentaire :

Après validation ... laissez nous un peu de temps pour afficher votre commentaire.

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte, les adresses internet seront converties automatiquement.
Vous etes responsable du contenu que vous publiez.